Mercredi 4 août – 21h30

Mercredi 04 Août 2021
21h30

De la Sonate au Trio…

Auditorium Joseph Kosma

Programme

Johannes Brahms
Sonate pour violoncelle et piano n°1, en mi mineur, op.38
(Allegro non troppo  –  Allegretto quasi minuetto  –  Allegro)

Maurice Ravel
Trio pour violon, violoncelle & piano
(Premier mouvement  –  Pantoum  –  Passacaille  –  Final)

Pierre Fouchenneret violon
Marc Coppey violoncelle
Jean-François Heisser piano

BIOGRAPHIES

Pierre Fouchenneret

Artiste insatiable, fort d’une discographie de plus d’une vingtaine de disques, Pierre Fouchenneret dédie plusieurs années de sa vie à l’œuvre d’un compositeur, s’entoure des plus beaux chambristes pour, le plus souvent, en graver une intégrale. En 2016, il enregistre chez Aparte l’intégrale des sonates pour violon et piano de Beethoven avec Romain Descharmes. En 2018, parait le premier volume d’une intégrale de la musique de chambre de Gabriel Fauré avec Simon Zaoui et Raphaël Merlin. Il se lance également (avec le Quatuor Strada, Eric Lesage, Florent Pujuila, Adrien Boisseau…) dans le projet insensé de jouer toute la musique de chambre de Brahms. L’intégrale parait chez B-Records au cours des saisons 2018-2019-2020. Au printemps 2020 paraîtra son enregistrement des octuors de Schubert et de Raphaël Merlin aux côtés notamment de Nicolas Baldeyrou, David Guerrier ou encore Marc Desmons.
Enfant prodige, Pierre Fouchenneret obtient à 16 ans son 1er Prix de violon et de musique de chambre au CNSM de Paris (dans les classes d’Olivier Charlier et de Daria Hovora), remporte ensuite le Grand Prix du Concours International de musique de chambre de Bordeaux, le Grand Prix Georges Enesco de la Sacem, devient lauréat de la Fondation Natixis, et artiste associé de la Fondation Singer Polignac.
Invité sur les scènes du monde entier, l’« archer hors norme » (Le Figaro) qu’est Pierre Fouchenneret est rapidement amené à jouer avec des musiciens d’exception tels que le Fine Art Quartet, Jean-François Heisser, Jean-Frédéric Neuburger, Zongh Xu, Julien Leroy, Nicolas Angelich… et fonde en 2013 le Quatuor Strada avec Sarah Nemtanu, Lise Berthaud et François Salque.
Artiste complet, Pierre Fouchenneret est reconnu par les orchestres français et internationaux pour son audace et sa vision du répertoire. Il a notamment été invité par l’Orchestre de la Suisse Romande, le Suzhou Symphony Orchestra, l’Orchestre National de Bordeaux, le Philharmonique de Brno, le Philharmonique de Nice, le Baltic de Saint-Pétersbourg, l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine.

Marc Coppey (©Georges Veran)

« Conciliant geste chorégraphique et parole rhétorique, robustesse terrienne et lévitation spirituelle, le jeu de Marc Coppey déborde d’une vitalité jubilante. » Gilles Macassar, Télérama

Marc Coppey attire l’attention du monde musical en remportant à 18 ans les deux plus hautes récompenses du concours Bach de Leipzig – le premier Prix et le Prix spécial de la meilleure interprétation de Bach -, lorsqu’il est remarqué par Yehudi Menuhin.
Il fait alors ses débuts à Moscou puis à Paris dans le Trio de Tchaïkovsky avec Yehudi Menuhin et Victoria Postnikova, à l’occasion d’un concert filmé par Bruno Monsaingeon. Rostropovitch l’invite au Festival d’Evian et, dès lors, sa carrière internationale de soliste se déploie avec les plus grands orchestres sous la direction d’Eliahu Inbal, Rafael Frühbeck de Burgos, Yan-Pascal Tortelier, Emmanuel Krivine, Alan Gilbert, Christian Arming, Lionel Bringuier, Alain Altinoglu, Michel Plasson, Jean-Claude Casadesus, Theodor Guschlbauer, John Nelson, Raymond Leppard, Erich Bergel, Philippe Entremont, Pascal Rophé, Philippe Bender, Paul McCreesh, Yutaka Sado, Kirill Karabits ou Asher Fisch.
Son parcours, marqué par un grand éclectisme, le distingue. Passionné par la musique de chambre, il explore le répertoire avec Maria-João Pires, Stephen Kovacevich, Nicholas Angelich, Michel Beroff, Kun-Woo Paik, Michel Dalberto, Peter Laul, François-Frédéric Guy, Nelson Goerner, Augustin Dumay, Vadim Gluzman, Victoria Mullova, Liana Gourdjia, Valeriy Sokolov, Ilya Gringolts, Alina Pogostkina, Tedi Papavrami, Lawrence Power, Maxim Rysanov, Gérard Caussé, Janos Starker, Marie-Pierre Langlamet, Michel Portal, Romain Guyot, Emmanuel Pahud ou les Quatuors de Tokyo, les Takacs, Prazak, Modigliani, Ebène ou Talich. Il est aussi le violoncelliste du Quatuor Ysaÿe pendant cinq ans.
Il se produit sur les grandes scènes de Londres, Berlin, Amsterdam, Paris, Bruxelles, Dublin, Prague, Budapest, Moscou, Saint-Pétersbourg, New-York, Mexico, Sao Paulo, Shanghai, Séoul ou Tokyo. Il est souvent l’invité des festivals de Radio-France et de Montpellier, Strasbourg, Besançon, La Roque d’Anthéron, Aix-en-Provence, Stuttgart, Musica, Midem, Printemps des arts de Monte-Carlo, Kuhmo, Korsholm, West Cork, Kaposvar, Campos do Jordao, Prades, de la « Folle Journée » de Nantes ou Lisbonne.

Le répertoire de Marc Coppey illustre sa grande curiosité : s’il donne fréquemment l’intégrale des Suites de Bach et le grand répertoire concertant, il fait aussi connaître bon nombre d’œuvres plus rares. Il joue en première audition des pièces d’Auerbach, Bertrand, Christian, Durieux, Fedele, Fénelon, Hurel, Jarrell, Krawczyk, Lenot (concerto), Leroux, Mantovani, Monnet (concerto), Pauset, Pécou, Reverdy, Tanguy (1er concerto), Verrières, et assure la création française des concertos de Carter, Mantovani et Tüür.
En novembre 2009, Marc Coppey est choisi pour jouer Bach à Paris, place de la Concorde, à l’occasion du 20ème anniversaire de la chute du mur de Berlin. En 2015, il relève un défi hors-norme pour Arte Studio : interpréter l’intégrale des 6 Suites pour violoncelle seul de Bach, soit 2h30 de musique, le temps d’une unique soirée à Lyon.
En mars 2015, Marc Coppey donne en première audition à la Philharmonie de Paris une dizaine d’œuvres pour violoncelle solo des plus grands compositeurs d’aujourd’hui, en hommage à Pierre Boulez, à l’occasion de son 90ème anniversaire. Ce programme fait l’objet d’un enregistrement qui sort en janvier 2017 sur le label Megadisc.

Marc Coppey a enregistré des œuvres de Beethoven, Debussy, Emmanuel, Fauré, Grieg et Strauss, pour les labels Auvidis, Decca, Harmonia Mundi et K617. Il a gravé l’intégrale des Suites de Bach (ffff de Télérama), un disque consacré à Dohnanyi (10 de Répertoire), un album consacré aux grandes sonates russes avec Peter Laul pour le label Aeon ainsi que le Quintette de Schubert avec le Quatuor Prazak pour le label Praga, et le concerto de Martin Matalon (Accord/Universal). Plus récemment, est paru un disque consacré aux œuvres concertantes de Dutilleux et Caplet, avec l’Orchestre Philharmonique de Liège sous la direction de Pascal Rophé (Diapason d’Or, Choc du Monde la Musique, Clef Resmusica, BBC Music Magazine*****), suivi d’un album dédié aux sonates de Brahms en compagnie de Peter Laul (Aeon) puis à l’Arpeggione de Schubert, et du premier enregistrement des œuvres concertantes de Dubois (Mirare).
En 2016, son enregistrement des concertos de Haydn, et un concerto de C. P. E. Bach, avec les Solistes de Zagreb, sort sur le label Audite. Pour ce même label, il enregistre le concerto de Dvořák avec le Deutsches Symphonie-Orchester Berlin sous la direction de Kirill Karabits, reçu avec beaucoup d’enthousiasme par la critique internationale, puis une intégrale des sonates de Beethoven enregistrée en concert à la Philharmonie de Saint-Pétersbourg avec le pianiste Peter Laul (sortie au printemps 2018). En décembre 2019, Marc Coppey interprète les deux concertos pour violoncelle de Shostakovich avec l’Orchestre symphonique national de la Radio polonaise sous la direction de Lawrence Foster au NOSPR Concert Hall à Katowice. Ce concert a été filmé par medici.tv et fait l’objet d’un nouvel album sur le label Audite paru début 2021.

Marc Coppey concilie sa carrière de soliste avec le souci de la transmission : il est professeur au Conservatoire National Supérieur de Paris et donne des master-classes dans le monde entier. Il assure la direction artistique du festival « les Musicales » de Colmar, et il est depuis 2011 le directeur musical de l’orchestre Les Solistes de Zagreb. De même, il est régulièrement invité à diriger le Deutsche Kammerakademie Neuss am Rhein. En 2020, il devient le Directeur artistique du projet Music@mpus à la Saline royale d’Arc-et-Senans.

Il a été nommé Commandeur des Arts et des Lettres par le Ministère de la Culture en 2021.

Né à Strasbourg, Marc Coppey a étudié au Conservatoire de sa ville natale, au Conservatoire National Supérieur de Paris et à l’Université de l’Indiana, Bloomington (Etats-Unis).
Il joue un violoncelle de Matteo Goffriller (Venise 1711).

Jean-François Heisser

« Artiste complet » : l’expression prend tout son sens avec Jean-François Heisser, pianiste, chef d’orchestre, pédagogue et directeur artistique à la vaste culture et à la curiosité sans cesse en éveil.
Né à Saint-Etienne, il est l’héritier de Vlado Perlemuter, Henriette Puig-Roget et Maria Curcio. Il a lui-même enseigné le piano de 1991 à 2016 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Parmi ses disciples, on peut citer Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger avec lesquels il entretient une relation de grande complicité musicale.

Soliste, il joue sous la direction des plus grands chefs tels que Marek Janowski, Michael Tilson-Thomas, Leif Segerstam, Emmanuel Krivine, Zubin Mehta, Michel Plasson, François-Xavier Roth etc… avec, entre autres, le London Symphony Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Radio-France, le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre de Paris, le Bayerischer Rundfunk, l’Orchestre National de France, Les Siècles… Il se produit beaucoup en récital avec une prédilection pour Beethoven (Sonates, Variations Diabelli, etc), Brahms, Chopin, le répertoire espagnol (Albéniz, Falla, Granados, Mompou) et les grands compositeurs français d’hier et aujourd’hui. Outre les grands concertos et les pièces majeures du répertoire pianistique, il défend les œuvres du XXe siècle et la création contemporaine.

Chambriste, Jean-François Heisser a bien évidemment parcouru tout le répertoire avec des partenaires tels que les Quatuors Ysaÿe, Lindsay et Pražák. Son enregistrement des sonates de Bartók avec Peter Csaba (Praga) demeure aujourd’hui incontournable. Il reste un des partenaires les plus demandés tant par des artistes confirmés que par la jeune génération. Il aime à jouer le répertoire à 4 mains et 2 pianos. Ainsi, pour Harmonia Mundi, enregistre-t-il avec Marie-Josèphe Jude, sur un instrument historique du Musée de la Musique à Paris, sa transcription pour 2 pianos de la Symphonie Fantastique d’Hector Berlioz (2019).

Directeur musical, il développe depuis 2001 le projet de l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine qu’il a hissé au plus haut niveau des formations de chambre françaises, comme en attestent les enregistrements réalisés pour le label Mirare. Ainsi, l’intégrale des Concertos pour piano de Beethoven (Jean-François Heisser, piano et direction) incarne-t-elle avec brio le travail de longue haleine mené avec l’orchestre et la grande complicité avec ses musiciens.

Directeur artistique, Jean-François Heisser accepte en 2000 la présidence de l’Académie internationale Maurice Ravel, haut lieu de formation de jeunes talents. Il perpétue ainsi l’œuvre et le souvenir de son maître Vlado Perlemuter, interprète « historique » des grands compositeurs français. Il préside aujourd’hui, depuis 2017, le Festival Ravel en Nouvelle-Aquitaine. Par ailleurs, son lien avec les Editions Actes-Sud le conduit à assurer la programmation des Soirées Musicales d’Arles. Enfin, depuis 2015, il est conseiller artistique du Festival de l’Orangerie de Sceaux.

Sa discographie compte plus de 40 enregistrements : après le grand succès des œuvres de Paul Dukas, il collabore avec Erato (Coffret de 6 CD consacrés au répertoire espagnol, Schumann, Brahms, Saint-Saëns, Debussy, etc) puis Naïve (Beethoven, Brahms), Praga-Records (Weber, Berg, Manoury, Bartók…) et Les Musicales Actes Sud (Albéniz, Mompou)…
Il enregistre aujourd’hui essentiellement pour Mirare, en soliste et avec l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine : Falla, Wien 1925, Dubois, American Journey, Intégrale des Concertos pour piano de Beethoven, Mantra de Stockhausen (Avril 21).
A paraître (août 21) : un disque consacré à Ravel avec le Concerto en Sol.

Maurice Ravel

Partager sur les réseaux...