Dimanche 15 août – 21h

Dimanche 15 Août 2021

21h

Pierre Bertrand Quintet

« Colors »

Jardins du Musée Matisse

Programme

« Sweet Dreams »

« Sunshine »

« You are my blood »

« Color blind »

« Breath slowly the life »

« Sanguine comme une orange »

« Be my angel »

« Looking for Eternity »

Musique originale de Pierre BERTRAND
d’après 8 tableaux issus de la série “HIDDEN WORDS”
de Jean-Antoine HIERRO

« La musique est un perpétuel dialogue entre l’espace et le temps,
entre le son et la couleur,
dialogue qui aboutit à une unification :
le temps est un espace,
le son est une couleur, l’espace est un complexe de temps superposés,
les complexes de sons existent simultanément
comme les complexes de couleurs ».
Olivier Messiaen

Pierre Bertrand saxo & flute
Anders Bergcrantz trumpet
Christophe Wallemme contrabass
Pierre-Alain Goualch piano
Laurent Robin drums

Pierre Bertrand a développé une collaboration de longue date avec l’artiste peintre et plasticien Jean-Antoine Hierro, lequel a notamment réalisé un tableau qui a constitué la pochette de l’album « JOY » (2016) et la pochette de l’album « FAR EAST SUITE » (2018).
La dernière série de Jean-Antoine Hierro, « Hidden Words », qui mêle des éléments venus du street-art aux techniques de peintures usuelles, a la particularité d’associer une phrase énigmatique à une couleur principale.
Pierre Bertrand a été touché par le concept du « mot-caché » qui oblige le spectateur à faire un effort afin d’entrer dans la toile. Pour lui, le sujet des couleurs est vaste et passionnant : elles sont des stimuli à l’imagination, elles représentent des codes, différents selon les hommes et les cultures. Pierre Bertrand a alors imaginé un nouveau projet de création : « COLORS » qui explorerait les relations entre couleur et musique.
Dans l’inconscient collectif musical, on associe habituellement couleurs et aggrégats sonores chatoyants, couleurs et orchestrations riches, ce qui suggère des effectifs importants de musiciens. Pour son projet COLORS, Pierre Bertrand a choisi de prendre le contre-pied de cette dernière représentation et d’associer les couleurs au son d’un quintet, qui représenterait la version minimale d’un « orchestre » de jazz.
En 2017, une collaboration artistique avec le trompettiste suédois de renommée internationale Anders Bergcrantz a suscité chez Pierre Bertrand l’idée de créer avec cet immense musicien ce fameux projet COLORS pour explorer “le son du quintet”. Pour former le groupe, il a choisi de solliciter l’énergie du piano de Pierre-Alain GOUALCH, qu’il a côtoyé artistiquement à l’occasion du projet ULTIMO d’André Ceccarelli, la virtuosité de la contrebasse de Christophe WALLEMME, qui joue très régulièrement dans le groupe LA CAJA NEGRA, et la sauvagerie de la batterie de Laurent ROBIN, batteur de la période PARIS 24H du « Paris Jazz Big Band ».

Les harmonies sont partout.
La musique nous enchante et nous soigne.
Les couleurs sont mémoire et émerveillement.
Mon ami de toujours, Jean-Antoine Hierro,
en peignant sa série de tableaux éclatants « Hidden Words »,
a marié couleurs et mots cachés.

Pour composer, j’ai laissé résonner chaque tableau avec ses mots et ses couleurs,
et sans chercher l’évocation, j’ai seulement voulu transmettre les émotions perçues.
Nous présentons main dans la main cet opus qui dessine des traits colorés entre les notes de musique,
qui met en harmonie les couleurs et les lignes et qui scelle l’art avec l’amitié.
Pierre Bertrand, Paris 1er juillet 2020

COLORS »  :  Nouvel album, paru le 30 avril 2021  –  CRISTAL RECORDS (Sony Music)

Jean-Antoine Hierro et Pierre Bertrand

« Les ondes des sons et de la lumière sont régies par les mêmes lois que celles de l’eau »
Leonardo Da Vinci

Il est troublant de constater que musique et peinture partagent un même champ lexical :
– notes de musique & notes de couleur
– gammes musicales & gammes de couleurs
– des chromatimes, des tons, des tonalités, des nuances
– l’harmonie des sons & l’harmonie des couleurs
– une palette des timbres d’un orchestre
– les textures orchestrales & les textures des matières
– une musique lumineuse, une musique obscure
– une composition
– les plans sonores d’une orchestration & les plans d’une composition picturale…

Les relations couleurs/musique passionnent de grands penseurs depuis l’Antiquité : Aristote, Da Vinci, Newton, Goethe… tous ont établi des théories sur le sujet, parfois totalement irrationnelles.
Souvent, les artistes ont aussi essayé de construire des ponts entre notes et couleurs, entre timbres instrumentaux et couleurs, puis entre musique tonale et art figuratif, musique atonale et art abstrait. Le travail de collaboration de Wassily Kandinsky et Arnold Schoenberg, au début du XXe siècle, en est une expression. A la même époque, doté de l’audition colorée (“SYNOPSIE”), Scriabine a développé son propre langage harmonique liée au symbolisme et aux couleurs, établissant par exemple une équivalence entre le cercle chromatique des graphistes et le cycle des quintes. Messiaen – lui – développera plus tard, dans son traité des descriptions colorées précises, des agrégats sonores.
Force est de constater que même les plus grands penseurs ne peuvent évoluer qu’en pleine subjectivité.
Pourtant, le sujet demeure une vaste source d’inspiration, une démarche émotionnelle, passionnée, irrationnelle, et on pourra être heureux car l’erreur est féconde.

BIOGRAPHIES

Pierre Bertrand (©Bruno Tocaben)

Saxophoniste, flûtiste, professeur de renom, mais aussi compositeur, chef d’orchestre, arrangeur, auteur de musiques de films ou fondateur de Big Band, Pierre Bertrand déroule un CV impressionnant et vous enveloppe à chacune de ses apparitions sur scène avec son jazz bariolé, ensorcelant, inattendu.
Diplômé du CNR de Nice et du CNSM de Paris, Pierre Bertrand fonde le « Paris Jazz Big Band » en 1998 avec Nicolas Folmer et obtient avec cet orchestre une Victoire du Jazz et le Django d’Or dans la catégorie « artiste confirmé ». Dirigeant le « Nice Jazz Orchestra », il a également été chef d’orchestre invité dans de nombreux pays (Mexique, Venezuela, Argentine, Danemark…) ainsi que pour de nombreuses émissions de télévision.
Pierre Bertrand signe de nombreux arrangements orchestraux pour André Ceccarelli, Jean-Pierre Como, Diego Imbert mais aussi dans des contextes plus populaires mais toujours de qualités : Claude Nougaro, Charles Aznavour, Murray Head, Maurane… Pierre Bertrand est compositeur et auteur de nombreuses musiques de films et téléfilms depuis 2006 (Django par Etienne Caumar, La Grande Vie par Emmanuel Salinger, téléfilms de Jacques Fansten, Philippe Le Guay, Sylvain Monod…).
En 2010, il enregistre son premier album en soliste, « Caja Negra », entouré de musiciens de jazz et de flamenco. Caja Negra devient le nom de son groupe principal, véritable « boite noire » d’un avion imaginaire qui enregistre tout et propose une déambulation musicale entre Méditerranée, Afrique et Amérique latine : décollage, atterrissage, arabesques abstraites, carnet de voyage et tourbillon d’images, la magie de Pierre Bertrand fête les différences et leurs rencontres.
Son second opus, « Joy » (Cristal Records – Sony Music), obtient en 2017 la Victoire du Jazz dans la catégorie « album inclassable de l’année ». Au fil d’une trentaine de concerts en 2017 et 2018, le groupe a pu se produire devant des salles toujours pleines à craquer. Pierre Bertrand & Caja Negra arrivent à la pleine maturité, gonflés à bloc d’une énergie prête à exploser.
Un troisième album autour de l’œuvre de Duke Ellington est sorti en octobre 2018 : il s’agit d’une réécriture de la fameuse Far East Suite de Duke Ellington & Billy Strayhorn.

Anders Bergcrantz (©Bruno Tocaben)

Anders Bergcrantz est considéré internationalement comme l’un des trompettistes les plus doués du moment.
Il a notamment joué avec Dave Lebman, Billy Harper, Victor Lewis, Billy Hart, The Royal Stockholm Philarmonic Orchestra, Adam Nussbaum, McCoy Tyner, Mike Brecker…
Anders Bergcrantz a été recompensé par un Golden Record en 1995 et 2007, qui est le prix le plus important pour le Jazz suédois. Il est également élu « meilleur trompettiste » en 2009, 2015 et 2016.
Il remporte aux Etats-Unis le Prix « Voted Voted #1 Best Trumpeter » en 2009, 2015 et 2017 à la 31ème, 38ème, 37ème et 39ème “Annual Jazz Station Awards / Best jazz” à Los Angeles.
Anders Bergcrantz a grandi au sein d’une famille de musiciens. Son père, Sven Bergcrantz, était l’un des pianistes de jazz majeur du pays, ses deux frères Kakan et Thomas sont professionnels depuis de nombreuses années.
Il est reconnu comme un soliste dans la lignée de trompettistes stars tels que Woody Shaw, Freddie Hubbard, Lee Morgan, et Miles Davis.
Anders Bergcrantz est invité partout dans le monde comme soliste. Il est également clinicien et éducateur.

Christophe Wallemme (©Bruno Tocaben)

Christophe Wallemme débute la guitare à l’âge de 15 ans. Il se tourne vers la contrebasse lorsqu’il entend Scott LaFaro, contrebassiste de Bill Evans. En 1982, il arrête ses études pour se consacrer entièrement à la musique. Il étudie la contrebasse classique au conservatoire et prend en parallèle des cours particuliers avec M. Cazauran, Cesarius Alvim, Hein van de Geyn.
En 1988, il remporte le Prix de soliste au Concours de la Défense. Il enregistre cette même année ses premiers albums avec Ludovic de Pressac (Bop for Sale), Daniel Beaussier (Correspondances et Sanscrit).
En 1994, il fonde avec Pierre de Bethmann et Benjamin Henocq le « Trio Prysm ». Le répertoire est original et construit autour des rythmes impairs. Ils obtiennent cette même année le Premier Prix du Concours National de Jazz de la Défense, sont nominés aux Django d’or et aux Victoires de la musique pour leur premier album intitulé Prysm (Artalent). Le Trio est alors remarqué par le label « Blue Note » avec lequel il enregistre cinq albums. Après un concert au Théâtre des Champs-Élysées à Paris, avec l’Orchestre National de France dirigé par Seiji Ozawa pour le centenaire de Gershwin, James Taylor invite le Trio pour douze dates aux États-Unis. Le Trio a également effectué des tournées en Europe.
Durant ces années, Christophe Wallemme participe aux formations et albums de : Jean-Pierre Como, Louis Winsberg, Sylvain Beuf, David Linx et Diederik Wissel, Eric Seva, Terez Montcalm et accompagne sur scène grand nombre d’artistes tels que : Ibrahim Maalouf et Dhafer Youssef.
Au printemps 2017, il sort son album Ôm Project.

Pierre-Alain Goualch (©Patrick Martineau)

Pierre-Alain Goualch est issu d’une famille de musiciens et c’est en 1995 qu’il est révélé par un 1er Prix au Concours International de Piano Jazz de Toulon par un jury composé de Tommy Flanagan, Kenny Barron et Danilo Perez – suivi par un Prix de groupe pour son premier Trio au Concours de la Défense (Paris). Cette année-là il est classé par le magazine Jazzman parmi les 25 musiciens les plus prometteurs de la scène internationale.
Depuis, les projets se sont enchaînés et l’ont emmené un peu partout en Europe, mais aussi aux USA, Canada et Brésil, avec des musiciens comme André Ceccarelli, David Linx, Nicolas Folmer, Ernie Hammes, Randy Brecker, Laïka Fatien…
Au fil de ces rencontres, il a participé à des centaines de concerts et enregistré plus de 40 albums dont 9 en leader ou co-leader qui lui ont valu plusieurs nominations aux Victoires du Jazz et aux Django d’Or.
On a pu également l’entendre en enregistrements et sur scène avec des musiciens tels que Shirley Bassey, Bob Mintzer, Thomas Bramerie, Stéphane Belmondo, Stéphane Guillaume, Sylvain Luc, Bernard Lavillier, Michel Jonasz, Maurane.
Les albums les plus récents auxquels il a participé sont 7000 Miles (chez Sound Surveyor) aux côté de David Linx, André Ceccarelli et Diego Imbert, et Evolution (chez Vegas Records) aux côtés d’Ernie Hammes, Wayne Escoffery, Philip Catherine, David Ascani, Boris Schmid, Niels Engel.

Laurent Robin (©Patrick Martineau)

Laurent Robin commence ses études musicales au Conservatoire Municipal de Fontainebleau, puis passe une saison au CIM de Paris. Il rejoint le groupe de batteurs « Tams Tams l’Europe » composé d’André Ceccarelli et de Paco Sery.
En 1996, il rencontre Arthur H : ensemble, ils enregistrent l’album Troubles Fêtes. Il s’ensuit une tournée dans toute la France, en Afrique, au Canada et au Japon. Il enregistrera quatre autres albums avec le chanteur. Parallèlement, il joue régulièrement avec des musiciens comme David El Malek, Baptiste Trotignon. Au début des années 2000, Laurent Robin enregistre avec le chanteur Mathieu Boogaerts et part en tournée durant une année en France et au Japon.
Il joue en trio avec Laurent de Wilde et Darryl Hall, puis ils enregistrent l’album The Present et part en tournée dans toute la France.
Il joue régulièrement dans le « Paris Jazz Big Band » de Pierre Bertrand et Nicolas Folmer : ils enregistrent l’album Paris 24H. Il enregistre et tourne avec la chanteuse Youn Sun Nah. Ils se produisent en concerts en France, à Singapour, au Lincoln Center de New York et au Greek Theatre de Los Angeles.
En tant que producteur cette fois, il produit l’album de la chanteuse chinoise Zhan Xiao Li, enregistré en compagnie de Ira Coleman, Stuart Mc Callum, Bill Laurence, puis les accompagne pour des concerts en Chine et au Festival de jazz de Pékin notamment. Par ailleurs, il collabore avec André Manoukian à divers projets musicaux : enregistrement de l’album Inkala et So in Love. Il part en tournée dans toute l’Europe, en Afrique, aux États-Unis et au Royaume-Uni avec la chanteuse malienne Rokia Traoré. En 2011 naît le premier projet solo de Laurent Robin en tant que compositeur et interprète : Laurent Robin & The Skyriders. Il enregistre l’album Ode to the Doodooda (Laborie Jazz) avec les pianistes Benjamin Moussay et Vincent Lafont. En 2014, Laurent Robin & The Skyriders enregistrent leur deuxième album intitulé Movie’zz qui paraît chez le label Breakz.

BOOKING, PRODUCTION, COORDINATION
Syl Productions
Paul Camau
paul.camau@pierrebertrand.com

Partager sur les réseaux...