Jeudi 30 Juillet – 21h30

Jeudi 30 Juillet 2020
21h30

Soirée d’ouverture : Jazz

Jardins du Musée Matisse

===================

Pierre Bertrand & Caja Negra Sextet

Far East Suite
from Duke Ellington

Programme

* Tourist Point of view
Evocation du souk de Damas et du concert de klaxons dans la ville le matin de son arrivée, au premier jour de la tournée
* Blue Bird Of Delhi
Composition dédiée au Mainate, l’oiseau qui parle
* Isfahan
Impressions de la ville luxuriante située en Iran, ancienne capitale de l’Empire Perse
* Depk
Souvenirs d’Amman et d’un mariage où l’on danse la Dapke
* Mount Harrissa
Evocation de la ville libanaise, proche de Beyrouth et située en bord de mer, qui abrite le sanctuaire de Notre Dame du Liban
* Blue Pepper
Un blues «oriental» inspiré du sud de l’Inde, d’où provient historiquement le poivre
* Agra
Evocation de la ville indienne proche de Delhi où est situé le Taj Mahal
* Amad
Impressions de Bagdad
* Ad Lib On Nippon
Une « suite dans la suite » évoquant une 2ème tournée au Japon

Compositions de Duke ELLINGTON & Billy STRAYHORN – arrangé et réalisé par Pierre BERTRAND

FAR EAST SUITE
« LE VOYAGE IMPOSSIBLE »
compositions de Duke ELLINGTON & Billy STRAYHORN
arrangements de Pierre BERTRAND

Une réécriture inédite d’un album culte du maestro Duke Ellington : c’est le superbe défi que s’est fixé Pierre Bertrand (Victoires du Jazz 2017) avec son ensemble « Caja Negra » cette année.
Embarquez de Damas à Dakha avec cette « Far East Suite » et ses 9 trésors musicaux : pour les 120 ans de la naissance du « Duke », Pierre Bertrand vous offre un voyage impossible…
Depuis près de 10 ans, « Caja Negra » a fait ses preuves avec 2 albums et une série concerts mémorables, réunissant la finesse de la guitare Louis Winsberg, l’énergie bouillonnante de Minino Garay, les voix pleines d’émotion de Sabrina Romero et de Paloma Pradal…
Pierre Bertrand enrichit aujourd’hui son ensemble du violoncelle de Pierre-François Dufour et des percussions de Stéphane Edouard.
Pierre Bertrand garde l’esprit orchestral, la force des mélodies et la sauvagerie musicale du « Duke », tout en livrant une vision des plus personnelles…

NOTE DE L’ARTISTE

Duke Ellington, maître de l’émotion, amoureux de la musique et génie des couleurs, a conçu cette lumineuse suite en 1964. Son orchestre rentrait d’une tournée organisée par le département d’Etat au Moyen Orient et en Asie à l’automne 1963. Cette tournée se déroulait à la fois en pleine guerre froide et au point culminant des tensions liées à la question des droits civiques aux USA.

Si les titres évoquent des villes ou des situations touristiques, cette œuvre se situe bien au-delà d’un simple carnet de voyage : fascinante par sa sauvagerie, sa liberté et sa construction, elle est chargée de symboles et d’Histoire.

Adapter la « Far East Suite » est apparu comme une évidence dès les débuts du projet « Caja Negra ». Depuis les premières notes enregistrées en 2009 par ce groupe, je m’imaginais jouant cette suite avec lui.

J’ai pris la décision d’en faire le troisième album dès la fin de l’enregistrement du premier, et bien avant d’avoir écrit la musique du deuxième, « JOY ». Le présent album est en quelque sorte un « retour » après un long voyage, comme une première boucle.

La création est elle-même une boucle. Ce qui nous donne envie de créer, c’est l’émotion que nous procure une œuvre d’art. Puis on n’a de cesse, en créant, de chercher à retrouver cette émotion.

Et, pour évoluer dans l’art, on doit faire des boucles de plus en plus grandes. Chacune d’elles nous enrichit un peu plus.
Pierre Bertrand
Paris, le 14 juillet 2018

LE CONCEPT ARTISTIQUE
Pierre Bertrand & Caja Negra, c’est un groupe placé sous les signes du voyage et de l’altérité, avec la rencontre de musiciens et de chanteurs issus d’esthétiques qui ne se rencontrent habituellement jamais : le jazz et le flamenco.
Aujourd’hui ils jouent une musique fusionnionant jazz et flamenco, née des rencontres et de l’enrichissement mutuel.
Pour prolonger le voyage de Caja Negra, Pierre Bertrand a aujourd’hui choisi d’explorer les trésors musicaux du Moyen-Orient tout en rendant hommage à un chef d’œuvre du XXème siècle.

Dans l’œuvre originale écrite en 1964 par Duke Ellington et Billy Strayhorn, chaque titre évoque une ville ou un pays du Moyen-Orient traversé lors de leur tournée d’automne 1963, avant que le périple ne soit écourté prématurément avec l’assassinat du président J.F Kennedy.

Pierre Bertrand intègre les mélodies envoûtantes et sauvages dans une mise en scène orchestrale, contrastée et ultra moderne, associées à une relecture documentée sur les danses et instruments des pays traversés du Moyen-Orient.

Face à l’actualité de notre monde contemporain, l’invitation au voyage prend une dimension symbolique : aujourd’hui, aller de Damas à Dakha, en passant par Aman, Beirut, Bagdad, ou encore Karachi serait un voyage impossible.

Cet album est marqué par une recherche du son acoustique. Dans le processus d’enregistrement on relève ainsi l’utilisation de microphones à lampe des années 1930, l’utilisation du nouveau procédé d’harmonisation (Feeling Musique) sur les saxophones de Pierre Bertrand, le travail de mixage de Fred Magnier sur un nouveau type d’enceintes dédié (Klipsh) et le mastering de l’album par Simon Gibson au mythique studio Abbey Road.

MUSICIENS
Pierre Bertrand : saxophones soprano & ténor, flûte alto
Paloma Pradal : chant
Sabrina Romero : chant, danse & cajon
Edouard Coquard : batterie & percussions
Jérome Regard : contrebasse
Frédéric D’Oelsnitz : piano

BIOGRAPHIES

Pierre Bertrand

Saxophoniste, flûtiste, professeur de renom, mais aussi compositeur, chef d’orchestre, arrangeur, auteur de musiques de films, ou fondateur de Big Band : Pierre Bertrand déroule un CV impressionnant et vous enveloppe à chacune de ses apparitions sur scène avec son jazz bariolé, ensorcelant, inattendu.
Diplômé du CNR de Nice et du CNSM de Paris, Pierre Bertrand fonde le Paris Jazz Big Band en 1998 avec Nicolas Folmer et obtient avec cet orchestre une Victoire du Jazz et le Django d’Or dans la catégorie « artiste confirmé ». Dirigeant le Nice Jazz Orchestra, il a également été chef d’orchestre invité dans de nombreux pays (Mexique, Venezuela, Argentine, Danemark, …) ainsi que pour de nombreuses émissions de télévision.
Pierre Bertrand signe de nombreux arrangements orchestraux pour André Ceccarelli, Jean-Pierre Como, Diego Imbert mais aussi dans des contextes plus populaires mais toujours de qualités : Claude Nougaro, Charles Aznavour, Murray Head, Maurane…
Pierre Bertrand est compositeur et auteur de nombreuses musiques de films et téléfilms depuis 2006 (Django par Etienne Caumar, La Grande Vie par Emmanuel Salinger, téléfilms de Jacques Fansten, Philippe Le Guay, Sylvain Monod…).
En 2010, il enregistre son premier album en soliste, « Caja Negra », entouré de musiciens de jazz et de flamenco. Caja Negra devient le nom de son groupe principal, véritable « boite noire » d’un avion imaginaire qui enregistre tout et propose une déambulation musicale entre Méditerranée, Afrique et Amérique latine. Décollage, atterrissage, arabesques abstraites, carnet de voyage et tourbillon d’images, la magie de Pierre Bertrand fête les différences et leurs rencontres.
Son second opus, « Joy » (Cristal Records – Sony Music), obtient en 2017 la Victoire du Jazz dans la catégorie « album inclassable de l’année ». Au fil d’une trentaine de concerts en 2017 et 2018, le groupe a pu se produire devant des salles toujours pleines à craquer. Pierre Bertrand & Caja Negra arrivent à la pleine maturité, gonflés à bloc d’une énergie prête à exploser. Un troisième album autour de l’œuvre de Duke Ellington sort en octobre 2018, il s’agit d’une réécriture de la fameuse « Far East Suite » de Duke Ellington & Billy Strayhorn.

JEROME REGARD (contrebasse)

Jérôme Regard est coordinateur du département Jazz du Conservatoire National de Région de Lyon, où il est également professeur de contrebasse et basse électrique. Il a collaboré avec Bob Mintzer, le Paris Jazz Big Band, Jan Garbareck, Michel Legrand, Manu Katché, Alfio Origlio Trio, Manu Codjia Trio, …

PALOMA PRADAL (voix)

Fille de Vicente Pradal, ayant commencé dès l’âge de 3 ans la pratique du chant et de la danse, elle débute une carrière professionnelle à 15 ans, faisant vite preuve d’une maturité exceptionnelle. En 2008, elle se produit à la Comédie Française avec Vicente Pradal. En 2018, elle sort son premier album solo « Rabia ».

SABRINA ROMERO (voix)

Elle entame sa carrière dans le flamenco comme chanteuse, danseuse puis percussionniste en se joignant au groupe Tekameli.

En 2000, 2002 & 2004, elle tourne à l’international avec plusieurs groupes comme Kaloomé, Juan Carmona Quintet, Duquende ou Chicuelo. Elle collabore avec la Fanfare Ciocarlia, Mahala Rai Banda, Louis Winsberg et son projet Jaleo, …

 

Partager sur les réseaux...